Perspectives Niortaises

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Tag - transport

Fil des billets

samedi 23 août 2014

La Rochelle, Yélo ville marine

Le 21 juillet dernier, lors d'une parenthèse bleue comme je les aime j'ai profité d'une escale à La Rochelle afin de mener une mission en sous-marin pour le compte du blog le guidon que j'alimente régulièrement de publications sur le cheval de fer. 

J'ai sondé le dispositif de location de vélos de la Communauté d'Agglo, yélo.
Très éloigné de l'idée de ne pas polluer, j'ai opté pour le vélo pour relier facilement et rapidement la plage des Minimes avec un bon livre en poche histoire d'attendre la fin du service de ma dame. C'est donc surtout pour me simplifier les emplettes en hypercentre et pour n'avoir aucune difficulté à me garer au port que j'ai choisi le deux-roues.

J'avais trois à quatre heures à tuer avant de rejoindre la capitale des mutuelles, j'ai donc choisi la formule touristique la plus adaptée à mon besoin. A ne pas confondre avec les VLS : la formule touristique est sans abonnement ; les deux premières heures sont gratuites, l'heure supplémentaire coûte un euro et trente centimes, la caution se monte à 150 €.
Le formulaire de location se rempli en une minute au Chalet Yélo spécialement installé pour cela en face de l'Office du Tourisme. Hors saison, c'est d'ailleurs à l'Office que les vélos se louent.

Une petite minute d'attente, une autre pour les formalités et encore une pour choisir la taille de mon destrier jaune et hop, direction Les Minimes en faisant un crochet par l'hypercentre, soit une petite demi-heure juché sur la bécane. Temps suffisant pour en évaluer le confort et la sécurité.
Le vélo est bien entretenu, il possède de larges patins de frein et les roues ne sont pas voilées ce qui rend la conduite agréable et le freinage efficace. La selle est confortable, les pneus sont gonflés correctement, les pédales bien anti-dérapantes et le porte-bagage supporte jusqu'à 25 kg... Rien à redire.

J'ai regretté cependant l'absence de panier sur le guidon qui aurait été bienvenu pour mon nécessaire de bain. L'antivol, même s'il est peu encombrant et bien attaché lors des déplacements, occupe une partie du porte bagage et reste un peu fragile. C'est un simple câble souple avec clé.
Autre déception, les vélos sont mono-vitesses. Il n'y a donc pas de démarrage rapide possible pour franchir un carrefour encombré même si les rues à La Rochelle sont bien balisées. Pareil, même s'il n'y a pas de pentes en ville, il peut y avoir beaucoup de vent côtier. Un meilleur compromis entre confort et robustesse (prix/entretien, en fait) aurait permis d'ajouter quelques démultiplications très appréciées.

Quelques pages et quelques ploufs après, trajet en boucle oblige, j'ai retourné le vélo à son port d'attache en récupérant mon chèque de caution aussi rapidement que je l'avais donné. Service très accessible, simple et impeccable. Mission terminée. 

D'autres images disponible sur ce flux.

Bande son : Ultra Marine

samedi 28 juin 2014

Chorégraphies vélocipédiques parallèles à un siècle d'écart

Bientôt un an d'absence. Je publie, je commente ailleurs. Twitter, Instagram, Vine, Facebook, Google + et j'en passe. Je trouve encore le temps de m'engager, de lire et parfois de faire des découvertes comme ces deux dernières.
Des acrobaties en ville, dans le flot des déplacements urbains. 

 

Bande son : Popular

dimanche 1 septembre 2013

Fixie, cruiser, VAE. A fond la... gomme !

Ras le bol de croiser des tubes b'Twin, importés, assemblés ici, robustes, économiques certes mais tellement impersonnels même si la marque cherche à se démarquer tout en standardisant à outrance

J'ai créé depuis quelques mois un un blog vélo sous Tumblr afin de tester la plateforme de publication (pour mon job mais pas que) et pour partager mon plaisir du vélo.
Le blog vocivélo et le Manuel du Voyage à Vélo (auquel @BOHMS1 a contribué) m'ont donné envie d'essayer à mon tour. J'ai depuis découvert une biodiversité insoupçonnée des petites reines et notamment à Niort ! 
  • L'utilitaire gastro, 
  • celui pour le transport en commun 
  • mais aussi le néo-pseudo-rétro qui le vaut bien,
  • les trop décontractés pour être vrais, style californien, incompatibles avec tous les types de terrain.
  • Les füllanzer achèteront leur VAE (non, rien à voir avec la Validation des Acquis de l'Expérience).
  • Et enfin l'aficionado, irréductible puriste qui se déplace sans freins, sans vitesses et souvent sans éclairage (ouh !) : le fixie (du pignon "fixe" sur la roue arrière).
Je laisse volontairement de coté les VTT, courses et autres BMX à usage sportif (pas ma tasse de thé) même s'il en faut pour tous les goûts et à Niort comme ailleurs en vélo hype, de supermarché ou d'occase le principal est de chevaucher sa monture et se faire plaisir. 
Enjoy riding.
Bande son : Tour de France

samedi 29 juin 2013

Substituer l’usage à la propriété : je roule "lib" & "co"

Suite à quelques mésaventures urbaines motorisées, nous avons fait le choix, depuis trois ans environ, de nous libérer de la propriété d'un engin à quatre roues. Nous louons régulièrement nos véhicules, que nous choisissons en fonction du trajet et/ou du besoin (nombre de personnes, charge/volume utile, distance à parcourir, durée, etc). Finies les questions d'entretien, d'assurance, de parking, de contrôle technique, de crédit et de réparation.

Bonjour l'organisation ! Chaque déplacement est (savamment) calculé afin de vérifier combien il coûte, s'il est indispensable et surtout voir comment le rentabiliser ; profiter du trajet pour faire quelques courses, se débarrasser d'un objet encombrant ou cueillir des champignons. Au final le budget déplacement est maîtrisé, sans surprise et moins élevé. 

Sinon à l'ère du "co" (collaboratif, cookening, coworking, cowfunding, couchsurfing) et du partage, en véritable parasite, nous... covoiturons. 

En complément de notre abonnement Autoliberté d'Europcar, nous avons rejoint depuis peu régionlib, le service d'autopartage de la Région Poitou-Charentes. Ces deux services sont complémentaires. Avec le premier nous choisissons le type de véhicule et nous le restituons dans la ville de notre choix et avec le deuxième nous empruntons un véhicule pour un trajet urbain de courte durée (moins d'une journée). 

Autoliberté Europcar   régionlib

Dans les deux cas nous réservons l'automobile via une plateforme de réservation en ligne. 22 € par jour avec Europcar ; 3,50 € le premier quart d'heure puis 1,50 € le quart d'heure suivant avec régionlib (tarifs). Ces prix sont garantis grâce aux abonnements souscrits, respectivement 50 € et 2,50 € mensuels.

Soit un budget de 3 000 € annuels environ en bougeant bien, moitié moins que celui d'un conducteur propriétaire de son véhicule. OK nous avons la chance fait le choix d'habiter en ville. Autant en profiter !

Sur un plan pratique, au-delà de la réservation en ligne (et du petit prix) la location chez Europcar reste identique à une location classique : retrait en agence, restitution avec le plein, etc...

Régionlib propose des mia à louer, toutes rigoureusement identiques. Ici, pas question de carburant, l'énergie électrique est comprise dans le prix de la location. 

 

//

Les avantages régionlib

  • énergie de propulsion incluse dans le prix de la location et d'origine verte,
  • réservation et véhicule accessibles 24h/24 et 7j/7,
  • un abonnement à Niort permettra d'utiliser le service à Saintes, Châtellerault, Otolis à Poitiers, Yélo à La Rochelle, Mobivolt à Angoulême, Autolib à Lyon, Autotrement à Strasbourg... Tous les services équivalents du réseau « France-Autopartage » dans plus de vingt villes en France.

Carte France AutoPartageLes inconvénients :

  • un seul type de véhicule proposé à la location (3 places en trèfle),
  • trajet en boucle (retour à la station d'origine) uniquement,
  • prise de véhicule et restitution à bien étudier, démarches fastidieuses et stressantes les premières fois (facturation au ¼ d'heure) surtout lorsque des passants s'intéressent au dispositif et vous questionnent.
Prochain article : Je roule en mia !
 
Bande son : Paper planes

mardi 30 octobre 2012

Complément au concept

Dans mon précédent article, La Nouvelle République reprenait un de mes textes sur les difficultés de déplacement à vélo dans l'agglomération niortaise. Ce texte est complété par le témoignage d'un cycliste dérouté publié aujourd'hui dans le premier quotidien des niortais. 

Bande son : Eple

jeudi 25 octobre 2012

Le concept

Le concept du vélo en pointillé à Niort c'est ici. Le journaliste Théophrasque a repris un de mes propos (qui date pourtant... d'au moins 4 ans) dans la Nouvelle République. C'était dans le journal du 13 octobre 2012. Cf. PJ si le lien n'est plus actif.

Bande son : Rock'n Me

mardi 11 octobre 2011

TIC en 79 et tout autour n°10

Actualité chargée en Deux-Sèvres ces derniers jours, beaucoup d'événements. En voici une liste non-exhaustive très égo-pro-centrée :

  • Le site internet, le wiki devrais-je dire, de la médiation numérique en Deux-Sèvres se densifie (articles et contributeurs).
    Solidrnet.fr attire de plus en plus de visiteurs... Comment ? Vous ne connaissez pas encore ? C'est le bon moment pour découvrir les actions des médiateurs et des partenaires du réseau des espaces publics multimédia.
    Garanti 100% sans DRM, sans virus et en copyleft. Profitez-en ! Il y en aura pour tout le monde.
  • Claude Picot, formateur, propose sur Clapico, un article consacré à l'installation de la distribution Solid'R net v3, le système d'exploitation basé sur Ubuntu qui équipe les ordinateurs de l'opération 5000 micros du Conseil Général des Deux-Sèvres.
    Un pas à pas bienvenu.
  • A Thouars, depuis début octobre, Delphine anime un atelier informatique pour les aînés au Centre Socioculturel du Pôle Anne Desrays. L'article de la Nouvelle République du 7 octobre 2011.
  • Deux nouveaux accès à l'internet à la bibliothèque de La Crèche, billet des bibliothécaires du 28 septembre 2011.
  • Et enfin pour terminer avec les actualités liées à mon employeur, le petit dernier né, http://www.mobilite79.fr, la centrale de mobilité pour aide à se déplacer facilement dans le département. Sur ce jeune site (septembre 2011), on regrettera l'absence des outils des réseaux sociaux pour faciliter le partage des informations.
Bande son : It's a long way to the top

samedi 12 juin 2010

Pourquoi je ne veux pas retourner en Alsace !

Ce matin tôt, deux bonnes âmes m'ont recueilli après une belle soirée passée dans le marais (merci au passage à Stéphane et à son équipe préparatrice). L'occasion pour moi d'expliquer comment j'avais pu changer d'univers.

Voici quelques pistes. Outre les avantages à vivre en Alsace, énoncés dans un précédent billet, il y a tout de même quelques bonnes raisons de quitter ce "jardin magnifique".

  • Le climat est de type continental, glacial en hiver, écrasant en été. Les amplitudes thermiques (quotidiennes ou annuelles) sont importantes.
  • La mer est loin et les rares plans d'eau ne suffisent pas (d'ailleurs les alsaciens se baignent chez leurs voisins à Kehl ou à Caracalla (un must have seen).
Entrée des thermes de Baden-Baden Aperçu (d'une partie) des thermes de Baden-Baden A 35
Bande son : Big Jet Plane

mardi 19 janvier 2010

Flashback spatial

Nous venons de tirer le rideau sur 2009. Année importante pour ma famille et moi, année du changement et de l'adaptation à notre nouveau milieu de vie. Nous appréhendons aujourd'hui de bien meilleure façon notre environnement spatial. Les réalités géographiques des Deux-Sèvres et des régions environnantes ont pris corps dans nos esprits et nous permettent de dresser trois petits constats pour le site et la situation de Niort :

Le site :
  • La piétonnisation du centre de Niort, entrée en vigueur le 27 janvier 2009 après l'expérimentation des samedis piétons, s'est faite dans la douleur... pour les commerçants et surtout les accrocs de la voiture (ils sont nombreux à Niort). La mort du centre ville a été annoncée par les plus pessimistes mais c'était sans compter les vélorutionnaires qui par leur mobilisation ont démontré qu'il existait d'autres façons de se déplacer. La révolution des mentalités est en marche ! Si seulement il pouvait en être autant du Plan de circulation à vélo... Dommage que la Brèche ne soit pas (encore) à la hauteur de ces changements. Son statut de place Napoléon III plaide pour une efficace restauration (et pas une rénovation). Vivement 2012.
     
La situation :
  • Difficile de revenir à Niort en soirée par le train... Le Grand Pavois ou les Francos c'est en voiture si vous n'avez pas d'hébergement sur place ! Pas de trains spéciaux, même en plein cœur de la saison :( Le rail ? C'est toujours avant 20h si vous partez de La Rochelle.
    Le train toujours :  absence d'une dorsale ferroviaire Nord-Sud pour relier Melle à Thouars. La solution de rechange est proposée par le RDS mais gare aux temps de trajet et aux (prévisions de) chutes de neige qui stoppent toute les activités.
    Pour terminer sur une note ferroviaire plus optimiste, Paris est à 2h20 et Strasbourg à environ 5h de Niort et à des tarifs très attractifs malgré l'augmentation du 1er janvier 2010 et les récentes annonces de suppression de lignes. Bref pour faire des économies, pensez (si vous le pouvez) à réserver deux-trois mois à l'avance.
  • Enfin pour ceux qui ont une petite empreinte carbone, les aéroports de Poitiers, Tours, La Rochelle, Nantes, Limoges, Angoulême sont relativement accessibles pour courir le vaste monde quelques villes d'Europe, même si, là aussi, il y a des économies dans l'air.

Bande son : Train in Vain

lundi 8 juin 2009

La vélorution en couleur

Vu la forte percée des écologistes aux élections européennes de ce dimanche, je me devais de surfer sur la vague rouge et verte ou plutôt rouler vert sans pour autant voir rouge parce que la fête du vélo est passée totalement inaperçue ces 6 et 7 juin... du moins dans la ville qui bouge.

Heureusement, une vélorution a été proposée et programmée le 20 juin 2009 dans toute la ville dont le centre sera bientôt réellement piéton (et pas uniquement les samedis).

Il n'est pas question de clin d'oeil en forme de contrepèterie dans mon message, une vélorution c'est très sérieux. Il s'agit d'occuper l'espace public, en toute sécurité bien sûr, et de revendiquer plus de place pour ce mode de transport "doux". Doux pour les oreilles, doux pour les bronches, doux pour l'environnement, doux comme la... Vélorution !

Flyer de la vélorution pour participer à la vélorution niortaise (en pdf).


Bande son : Vélo

jeudi 5 février 2009

Pollution de l'esprit

Voilà quelques temps que je m'étais éloigné de mon existence électronique. Je rassure tout le monde, l'année 2008 s'est terminée en douceur et la nouvelle a démarré sur les chapeaux de roues. Une excellente transition automobile puisque je souhaitais évoquer depuis quelques temps des données peu connues et pourtant vérifiées. Des informations certainement dissimulées pour des raisons économiques.

Fumée d'échappementCe qui me choque depuis un ou deux ans c'est le tapage réalisé autour des véhicules dits propres. Un véhicule est considéré comme propre à partir du moment où son moteur émet moins d'un certaine quantité de gaz carbonique dans l'atmosphère. Ce type de données est repris tous les jours par les concessionnaires auto, le gouvernement mais aussi les journalistes et dernièrement les assureurs.

La chasse au CO2 est ouverte !

Des primes (constructeurs, gouvernementales et d'assurances) pleuvent pour tous ceux qui souhaiteraient lâcher moins de gaz. Résultats : les motorisations au diesel figurent parmi les bonnes élèves de la classe, favorisant ainsi nos constructeurs nationaux qui excellent dans ces technologies. Pour mémoire, Peugeot est l'inventeur du  moteur HDi, qui réduit le nombre de (grosses) particules et donc les fumées de couleur peu avenantes. C'est également ce constructeur qui avait équipé le plus petit modèle de sa gamme d'un moteur au mazout ; la 204 dans les années 1970. C'était une première mondiale que d'équiper des petites voitures en série avec un moteur fioul.

Je n'ai rien contre ces innovations. Ce qui me gêne aujourd'hui c'est cette propension d'un nombre conséquent d'acteurs de premier plan à vouloir dissimuler la nocivité des particules fines (d'une taille inférieure à 2,5 microns) des moteurs modernes. Il me paraissait important, via cet article, de repréciser un certains nombre de faits :

  • en 2000 les particules ont été responsables de 248.000 "décès anticipés" dans l'Europe des 25 (source ASPA),
  • les particules les plus fines sont les plus dangeureuses car elles peuvent pénétrer au plus profond de l'appareil respiratoire et y amener des composés toxiques, allergènes, mutagènes ou cancérigènes comme les hydrocarbures polycycliques et les métaux lourds (source ASPA),
  • une réduction de la concentration de l'air en particules fines de 10 microgrammes par mètre cube (µg/m3) est associée à un accroissement de l'espérance de vie en moyenne de 0,6 année. L'étude a été publiée, le 22 janvier 2009, dans le New England Journal of Medicine (source Le Monde du 3 février 2009).
  • l'OMS (Organisation mondiale de la santé) souligne qu'une augmentation de la concentration des PM 2,5 entraînerait à long terme une hausse de 6 % de la mortalité générale et de 12 à 14 % de la mortalité associée aux maladies cardio-vasculaires et au cancer du poumon. Sans parler de « l'apparition de cas sévères de bronchiolites aiguës », source Le Figaro du 22 octobre 2007.

Bon j'arrête là la litanie.

Le véhicule électrique n'est pas non plus la panacée ; cadmium et plomb dans les batteries ; centrales nucléaires pour les recharger...
Quid du GPL, GNV, du moteur à hydrogène ?  Je n'évoque même pas l'éthanol...

A quand des stations d'autopartage à Niort ?