Perspectives Niortaises

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Tag - train

Fil des billets

dimanche 18 septembre 2011

Connexion internet dans les rames du TGV-Est

Au cours de l'été arrosé qui s'achève -et qui a asséché ce blog-,  j'ai eu l'occasion de faire un aller-retour express à Strasbourg en TGV. Soit quelques heures de repos et de plaisirs : Libé, Le Monde, Traité du zen et de l'entretien des motocyclettes de Robert M. Pirsig, Neil Young (Harvest) et surtout la 1664 Instant pression pour étancher ma soif de texte. Les amateurs de Jamais sans la mousse me comprendront...

Sur le chemin du retour, c'est après avoir épuisé toutes mes lectures embarquées que j'ai pris conscience de la possibilité de me connecter à l'internet avec mon baladeur WiFi. Je n'ai pas été déçu du voyage !

Tout d'abord il faut savoir que ce service n'est proposé que dans les rames du TGV-Est entre Strasbourg et Paris, soit la moitié de mon parcours. Techniquement, les passagers se connectent au WiFi proposé dans les voitures, elles-même reliées à une antenne parabolique par ethernet. Les obstacles à la connexion par satellite (reliefs, gares, tunnels...) sont compensés par des hotspots WiFi. Le service est proposé avec un débit montant et descendant de 30 Megabit/s. Mieux que l’ADSL à la maison.

Il semblerait cependant que certains tronçons de la ligne ne soient pas couverts par le service notamment dans le massif vosgien comme j'ai pu l'expérimenter à quelques reprises :

Zone non couverte Connexion défaillante TGV-Est Autre zone non couverte

Au tarif de 4,99 € l'heure de connexion ou 9,99 € le trajet (durée d'un Strasbourg-Paris : 2h20) cela peut être ennuyeux. Heureusement quelques services accessoires sont gratuits et viennent compenser ces petits désagréments : la vitesse instantanée, la composition du train, les correspondances du parcours, la géolocalisation et les alertes trafics. En images :

Vitesse du train et services à bord Se repérer dans le TGV La panoplie des services
Vitesse du train et services à bord Se repérer dans le convoi La panoplie des services
J'ai donc pu relever mon courrier électronique, publier sur les réseaux sociaux et suivre la progression de mon trajet sans réelle difficulté, même si j'ai eu parfois un peu de mal à comprendre que certains des usages relevaient de la connexion à l'internet et d'autre des serveurs à bord (et donc de distinguer ce qui était gratuit de ce qui ne l'était pas).

Bande son : Out on the Weekend

mardi 19 janvier 2010

Flashback spatial

Nous venons de tirer le rideau sur 2009. Année importante pour ma famille et moi, année du changement et de l'adaptation à notre nouveau milieu de vie. Nous appréhendons aujourd'hui de bien meilleure façon notre environnement spatial. Les réalités géographiques des Deux-Sèvres et des régions environnantes ont pris corps dans nos esprits et nous permettent de dresser trois petits constats pour le site et la situation de Niort :

Le site :
  • La piétonnisation du centre de Niort, entrée en vigueur le 27 janvier 2009 après l'expérimentation des samedis piétons, s'est faite dans la douleur... pour les commerçants et surtout les accrocs de la voiture (ils sont nombreux à Niort). La mort du centre ville a été annoncée par les plus pessimistes mais c'était sans compter les vélorutionnaires qui par leur mobilisation ont démontré qu'il existait d'autres façons de se déplacer. La révolution des mentalités est en marche ! Si seulement il pouvait en être autant du Plan de circulation à vélo... Dommage que la Brèche ne soit pas (encore) à la hauteur de ces changements. Son statut de place Napoléon III plaide pour une efficace restauration (et pas une rénovation). Vivement 2012.
     
La situation :
  • Difficile de revenir à Niort en soirée par le train... Le Grand Pavois ou les Francos c'est en voiture si vous n'avez pas d'hébergement sur place ! Pas de trains spéciaux, même en plein cœur de la saison :( Le rail ? C'est toujours avant 20h si vous partez de La Rochelle.
    Le train toujours :  absence d'une dorsale ferroviaire Nord-Sud pour relier Melle à Thouars. La solution de rechange est proposée par le RDS mais gare aux temps de trajet et aux (prévisions de) chutes de neige qui stoppent toute les activités.
    Pour terminer sur une note ferroviaire plus optimiste, Paris est à 2h20 et Strasbourg à environ 5h de Niort et à des tarifs très attractifs malgré l'augmentation du 1er janvier 2010 et les récentes annonces de suppression de lignes. Bref pour faire des économies, pensez (si vous le pouvez) à réserver deux-trois mois à l'avance.
  • Enfin pour ceux qui ont une petite empreinte carbone, les aéroports de Poitiers, Tours, La Rochelle, Nantes, Limoges, Angoulême sont relativement accessibles pour courir le vaste monde quelques villes d'Europe, même si, là aussi, il y a des économies dans l'air.

Bande son : Train in Vain

mardi 17 juin 2008

Des billets de TGV à 15 euros

Si vous souhaitez rejoindre l'Ouest de la France cet été, il est temps pour vous de réserver vos billets de trains. La SNCF propose des billets anniversaires, un an après la mise en place de la ligne TGV-Est, au prix de 15 euros.

TGV en gare de NiortA partir du 10 juin, TGV proposera pendant 15 jours, 100 000 billets à 15 € pour des voyages à réaliser entre le 15 juin et le 15 août 2008. Cette promotion concerne toutes les destinations desservies par le TGV-Est.

Attention tout de même la réservation se fait en agence ou par téléphone (3635). Par l'internet cela m'a été impossible. Et autant ajouter qu'il faut être un peu souple sur les dates ou les horaires, mais à ce tarif là il ne faut pas trop en demander. Bons voyages !
Bande son : Long train running

mardi 10 juin 2008

Fête du vélo : le Strasbourg à Niort.

Le Strasbourg à Strasbourg, place de la GareHeureux hasard ce week-end. Une fois de plus mes activité ont rejoint l'actualité :

  • Il y a quelques jours nous avions cuit notre pain sans savoir que c'était la Saint-Honoré,
  • J'avais commenté l'Empire de la Honte peu de temps avant le sommet de la FAO. L'ouvrage avait été acheté chez Marie fin février.
  • Et avant hier j'ai emporté mon vélo, Le Strasbourg, en train (j'avais réservé le billet il y a quelques mois) alors que c'était la fête du vélo, à Niort comme ailleurs.
L'inconscient fonctionne à plein et a du passer le grand braquet !
Bande son : A bicyclette

jeudi 5 juin 2008

Petit article

Ce soir, c'est repos. Et demain retour sur Strasbourg en tout début d'après midi.

Vous aurez compris qu'il va falloir me lever assez tôt demain matin...

mercredi 14 mai 2008

Des moments difficiles

Depuis mon arrivée à Niort, beaucoup d'événements heureux se sont succédés (voir les premiers  billets du mois de mai) mais aussi quelques moments plus douloureux.

Un soir, vers la mi-avril, j'ai appelé les enfants au téléphone et l'un d'entre eux s'est mis à pleurer parce que pas écouté par son entourage (non ce n'est pas Natacha, voyons !). Je n'ai rien pu faire. C'était désarmant. Jusque-là tout allait bien et puis d'un coup une émotion qui ne s'était pas exprimée depuis mon départ a fait surface telle une vague qui submerge, sans prévenir.
J'ai été triste quelques jours. Un sentiment d'impuissance et de résignation qui est passé, difficilement, mais passé.

Un peu comme les départs de Strasbourg. Quand le train démarre j'assiste au déferlement d'émotions de ceux qui sont restés sur le quai, sans pouvoir intervenir, réconforter. Dur.

Dans un précédent billet je me moquais de ne pas avoir des moyens de communications à disposition. Pourtant, à certains moments, il m'aurait été utile de pouvoir téléphoner librement sans contrainte de lieu ou de temps. La cabine France Telecom dépanne en soirée, mais ce n'est vraiment pas l'idéal.
Je ne céderai pas pour autant aux sirènes des opérateurs de téléphonie mobile. Seul et sans mes proches, j'ai eu du temps pour ruminer sur l'éloignement et les moyens pour compenser la distance (j'ai pris un abonnement à La Poste).

Bande son : Mistral gagnant

vendredi 9 mai 2008

Un excellent accueil aux Sables d'Olonne

Le lendemain de mon arrivée dans l'Ouest, j'ai été invité par mon oncle à séjourner aux Sables d'Olonne. En TGVJ'ai donc repris le train pour me rendre en Vendée. Un TGV jusqu'à la Rochelle, suivi d'un Corail pour la Roche sur Yon puis d'un TER pour les Sables. Presque trois heures de trajet ! Quand on sait que Paris n'est qu'à 1h30...

Cela faisait dix ans que je n'avais pas vu Norbert et Babette. Cela a été une joie de les retrouver. Quelques cheveux blancs en plus pour tout le monde, un peu de bedaine (mais pas tant que çà) et toujours cette impressionnante joie de vivre. Idéal pour me mettre le pied à l'étrier dans ce nouvel environnement.

Je passerai sur les détails culinaires auxquels j'ai eu droit, la voiture prêtée (à l'année) par mon cousin, la sortie en discothèque, le retour aux Sables le dimanche matin vers 5h...
Deux photos pour illustrer ces heureux moments :
Alfa Roméo 33, 16S, Quadrifoglio Verde Permanent 4 svp ! En discothèque
La nuit du 5 au 6 avril 2008 fut donc de très courte durée, d'autant plus que Babette m'avait convaincu d'aller ramasser quelques pignons sur la plage des Sables vers 10h. Il fallait absolument profiter de la plus basse mer de l'année. C'est donc armés d'une cuiller que nous avions gratté le sable à la recherche des savoureux mollusques.
A la recherche des pignons sur la plage des Sables Les pignons préparés La plage des Sables juste avant mon retour à Niort
Le retour à Niort en fin d'après midi fut un peu laborieux à bord de la "bombe" de Pascal. En effet le véhicule (et surtout sa consommation) n'ont pas toujours été faciles à maîtriser...

Le départ

J’ai quitté Strasbourg et sa région le 4 avril 2008. Soit, très exactement, 35 ans après y avoir vu le jour ! Une coïncidence tout en symboles.

Dans le TGV. Il ne fait pas beau dans l'Est de la FranceCe jour là, pas d’effusions, pas de larmes, chacun est parti vaquer à ses occupations quotidiennes, les enfants à l’école et Natacha gagner sa pitance. De mon côté, j’ai prolongé les vacances, les quelques jours de congés que j’avais accumulés à la CUS, par un voyage en train de cinq petites heures pour rejoindre la capitale des mutuelles d’assurances.

Temps magnifique à Niort. Vue sur le Pilori.A Niort, j'ai été surpris par le beau temps. J'ai d'ailleurs un peu transpiré avec ma veste et mes deux valises pour rejoindre les hauteurs de la ville... où j'ai été agréablement accueilli. Les propriétaires - Daniel et Colette - sont des gens charmants et très ouverts. Ils avaient proposé de me chercher à la gare mais j'avais refusé pour découvrir la ville à pied en quelques vingt minutes.

Bref, j'ai découvert un nouveau chez moi... et je n'ai pas été déçu. Jugez-en plutôt :
  • une grande chambre de 15m2 avec lavabo, bureau, placard, BZ...
  • une cuisine aménagée avec en sus lave-linge, télé, évier double bac, frigo, garde-manger... à partager avec Cécilia, locataire de l'autre chambre,
  • une salle de bain,
  • un jardin de 20 ares avec four à pain, barbecue, salon de jardin...
  • et enfin le clou : la piscine récemment aménagée.
La chambre La cuisine Le jardin La piscine
Je pouvais (et je peux toujours) disposer de toutes ces accommodations à volonté. Aucun regret, pas même l'absence de téléphone et d'internet pour communiquer avec les miens.
Bande son : Wind of change.