Perspectives Niortaises

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Tag - océan

Fil des billets

samedi 23 août 2014

La Rochelle, Yélo ville marine

Le 21 juillet dernier, lors d'une parenthèse bleue comme je les aime j'ai profité d'une escale à La Rochelle afin de mener une mission en sous-marin pour le compte du blog le guidon que j'alimente régulièrement de publications sur le cheval de fer. 

J'ai sondé le dispositif de location de vélos de la Communauté d'Agglo, yélo.
Très éloigné de l'idée de ne pas polluer, j'ai opté pour le vélo pour relier facilement et rapidement la plage des Minimes avec un bon livre en poche histoire d'attendre la fin du service de ma dame. C'est donc surtout pour me simplifier les emplettes en hypercentre et pour n'avoir aucune difficulté à me garer au port que j'ai choisi le deux-roues.

J'avais trois à quatre heures à tuer avant de rejoindre la capitale des mutuelles, j'ai donc choisi la formule touristique la plus adaptée à mon besoin. A ne pas confondre avec les VLS : la formule touristique est sans abonnement ; les deux premières heures sont gratuites, l'heure supplémentaire coûte un euro et trente centimes, la caution se monte à 150 €.
Le formulaire de location se rempli en une minute au Chalet Yélo spécialement installé pour cela en face de l'Office du Tourisme. Hors saison, c'est d'ailleurs à l'Office que les vélos se louent.

Une petite minute d'attente, une autre pour les formalités et encore une pour choisir la taille de mon destrier jaune et hop, direction Les Minimes en faisant un crochet par l'hypercentre, soit une petite demi-heure juché sur la bécane. Temps suffisant pour en évaluer le confort et la sécurité.
Le vélo est bien entretenu, il possède de larges patins de frein et les roues ne sont pas voilées ce qui rend la conduite agréable et le freinage efficace. La selle est confortable, les pneus sont gonflés correctement, les pédales bien anti-dérapantes et le porte-bagage supporte jusqu'à 25 kg... Rien à redire.

J'ai regretté cependant l'absence de panier sur le guidon qui aurait été bienvenu pour mon nécessaire de bain. L'antivol, même s'il est peu encombrant et bien attaché lors des déplacements, occupe une partie du porte bagage et reste un peu fragile. C'est un simple câble souple avec clé.
Autre déception, les vélos sont mono-vitesses. Il n'y a donc pas de démarrage rapide possible pour franchir un carrefour encombré même si les rues à La Rochelle sont bien balisées. Pareil, même s'il n'y a pas de pentes en ville, il peut y avoir beaucoup de vent côtier. Un meilleur compromis entre confort et robustesse (prix/entretien, en fait) aurait permis d'ajouter quelques démultiplications très appréciées.

Quelques pages et quelques ploufs après, trajet en boucle oblige, j'ai retourné le vélo à son port d'attache en récupérant mon chèque de caution aussi rapidement que je l'avais donné. Service très accessible, simple et impeccable. Mission terminée. 

D'autres images disponible sur ce flux.

Bande son : Ultra Marine

samedi 15 novembre 2008

Où sont passés les poissons ?

A Niort nous avons la chance d'avoir des poissonniers, des vrais, pas seulement ceux que l'on retrouve dans des supermarchés. Promenez-vous dans les Halles en semaine, allez leur demander conseil. Vous participerez ainsi au maintien des commerces de proximité (d'ailleurs pas forcément plus chers) et au maintien de professions de plus en plus fragilisées (mareyeurs, pêcheurs...).

A Strasbourg, il ne reste qu'une poissonnerie pour 400 000 âmes (en dehors de celles des marchés ou des grandes surfaces) : Les Gourmets de l'Océan... Les habitants de l'Ouest de la France ignorent leurs richesses. 

Bon, nous n'avons pas encore appris à préparer ou à accommoder le poisson (les enfants font un peu la tête), ni à faire la distinction entre les différents types d'huîtres (fines de claire, spéciales de claire...).  Les conseils sont donc les bienvenus, nous voulons tout tester y compris les anguilles de la Sèvre, s'il en reste suffisamment pour qu'il y ait un renouvellement naturel. Pour cette raison, nous éviterons donc le thon rouge, en voie de disparition.

Bande son : La maman des poissons