Perspectives Niortaises

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Tag - lecture

Fil des billets

dimanche 20 juillet 2014

Nouvelle étude sur les vertus apaisantes de la lecture

Et hop ! Le site Actualitté vient de relayer une infographie sur les bienfaits de la lecture à découvrir sur mon tout nouveau compte Pinterest. Les chiffres proviennent d'une compilation d'études regroupées par la National Reading Campaign, organisme canadien de promotion de la lecture. 

6 minutes de lecture seulement réduiraient le stress de 60 %

Voilà qui rejoint de précédentes études signalées dans cet article de 2006 : La poésie à la place du Prozac et celui-ci, sur ce même blog en 2009.

Et si vous êtes encore dubitatif, lisez ceci : "Why Readers, Scientifically, Are The Best People To Fall In Love With". C'est prouvé scientifiquement puisqu'on vous le dit !

They’ve learned what it’s like to leave their bodies and see the world through other frames of reference.

Bande son : J'accuse

dimanche 30 décembre 2012

Lectures niortaises

Etonnants derniers jours de 2012.
Une pluie de météors d'ovnis littéraires s'est abattu sur Niort très récemment. Buragach ne serait donc pas l'élue comme on voulu nous le faire croire certains allumés illuminés.
Petite sélection de récentes parutions dans lesquelles Niort occupe un place singulière : 

  • Niort et la main morte, roman policier d'Alain Bouchon.
    Pour les besoins d’une enquête au sein d’une mutuelle (la Master), une femme revient sur les traces de son passé niortais.
    Octobre 2012. Editeur Geste noir ; 12,90 €. 
  • Vinyles Vintage, roman de Jérome Pintoux.
    L'histoire d'un petit Niortais qui du haut de ses 17 ans explore les bords de la Sèvre et la folle atmosphère du « Swinging London » de la fin des sixties.
    Décembre 2012. Edition Presses du Midi, 16 €. Disponible à La Librairie des Halles.
  • Arab Jazz, roman policier de Karim Miské.
    À Paris, le 19è est un arrondissement des plus cosmopolite : sushis kasher, restaurant turc, coiffeur juif, libraire arménien… Seul Ahmed Taroudant demeure à l’écart : prisonnier de son histoire, rêveur, lecteur fou de polars… jusqu’à ce qu’il découvre le corps affreusement mutilé de sa voisine et amie, Laura Vignola, attaché au-dessus de son balcon. Il comprend vite qu’il constitue le coupable idéal. L’horreur de la situation l’extirpe de sa léthargie, et il va collaborer avec les lieu tenants de la Crim’ qui mènent l’enquête, la flamboyante Rachel Kupferstein et le Breton Jean Hamelot. Recherches qui les mèneront à Niort et à New-York. Grand Prix de Littérature policière 2012.
    A noter : la présence de l'auteur sur de nombreux réseaux sociaux (@ArabJazz+Karim MiskéJ'aimetumblr, ...)
    Mars 2012. Editions Viviane Hamy, 18 €.
I <3 Niort

dimanche 14 octobre 2012

Médiation culturelle et médiation numérique

Mon Directeur établi souvent un parallèle entre la médiation culturelle et la médiation numérique car au fond, ce ne sont que deux facettes d'un même métier. Pourquoi ?

Le médiateur culturel met en contact des individus avec des supports physiques contenant des informations (écrites, audio et vidéo). Le médiateur numérique réalise le même travail (tout comme un journaliste d'ailleurs) en éditorialisant des informations stockées électroniquement un peu partout dans le monde. Il rapproche ses publics, en découverte des usages du numérique des informations électroniques susceptibles de les intéresser.
Effectuer une recherche sur tel moteur de recherche ou tel autre, en mesurer la pertinence des résultats relève des mêmes principes que le recherche bibliographique : quelle(s) source(s) interroger ? Comment évaluer les résultats obtenus ? Comment les (ré)utiliser ? 

Avantage cependant au numérique puisque :
  • pas de limite physique en terme d'espace ou de temps (web 1) : la source d'information n'a pas de contrainte d'horaire d'ouverture. Elle reste accessible 24h/24 7j/7 et ce où qu'elle soit située dans le monde.
  • l'internet permet le retour, le feedback des internautes (web 2) aidant à affiner les résultats, faciliter les nouvelles recherches d'autres internautes par leurs commentaires ou ré-éditorialisation.
Le numérique a également les inconvénients de ses avantages, un foisonnement d'information dans laquelle il est facile de se perdre en passant d'une idée à une autre sans prendre le temps de (bien) la digérer.

mardi 22 mai 2012

Libraire à La Rochelle

Une libraire sereine dans le quotidien Sud-Ouest ! Mais pourquoi les magasins Leclerc s'entêtent-t-il à vendre des livres papiers alors que les marges sont ridicules ? Et pourquoi ne sont-ils pas tournés vers le numérique ? Vers... l'avenir ? 

Je ne vois qu'une seule explication : le livre doit être un produit d'appel pour les autres achats de loisirs, d'entertainment. A ce moment là, la logique stratégie commerciale est compréhensible.

Bande son : Flyswatter

dimanche 20 mai 2012

Une carte interactive pour "Sur la route" de Jack Kerouac

Affiche ''Sur la route''Amateur de road-movies, de voyages et balades littéraires, adepte de mode de déplacements doux, je suis toujours avec intérêt (parfois éloigné, il est vrai) les festivals tels que :

J'ai toujours été envouté par la dimension initiatique des voyages et la (re)découverte de Soi débarrassé de ses habits sociaux.
En littérature, j'ai englouti en quelques heures :

A l'occasion de la sortie du film (le 23 mai 2012) basé sur le roman de Jack Kerouac, en compétition au festival de Cannes, je souhaitais partager le superbe travail de Michael L. Hess qui a créé en 2006 une carte interactive du premier voyage du chantre de la "beat generation" avec extraits intégrés et commentaires
Bien plus complet que la cartographie de Wikipédia.

Carte interactive On The Road

Voir également cette carte des 4 voyages, plus récente.

Bande son : Y'a une route

samedi 28 avril 2012

Twitter avant l'internet

A quoi pouvait bien ressembler twitter avant l'internet... Cette réponse m'est venue instantanément en découvrant cette boîte de Claudio, crieur de Niort et du Marais devant la Librairie des Halles, face au marché. 

La boite aux lettres de Claudio       La boite aux lettres de Claudio (détail)

A vous d'y déposer votre message avant 15 heures le vendredi pour qu'il soit lu crié le samedi à partir de midi moins le quart, sur la place des... Halles.
Et contrairement au service de microblogging les messages ne sont pas limités à 140 caractères.
Attention tout de même, la boîte n'est pas accessible en dehors des heures d'ouverture de la librairie, partenaire.

A vos plumes...  Ou à tout de suite !

Bande son : The letter

dimanche 22 janvier 2012

Les ignorants

A l'image du Photographe, bande-dessinée devenue culte, Les Ignorants d'Etienne Davodeau entremêle la vie de l'auteur-dessinateur avec celle de son voisin et ami, Richard Leroy, vigneron dans le Layon. Un album de 200 pages en noir et blanc, crayonnées, où les deux protagonistes échangent leurs connaissances, savoir-faire et passions professionnelles pendant une année. Le lecteur est accompagné dans toutes les étapes de leurs initiations et devient donc initié lui aussi, sans doute avec le même plaisir que l'auteur et le vigneron. 

De la préparation des vignes aux salons littéraires et des croquis aux mises en bouteille, les deux artisans nous entraînent dans leurs quotidiens respectifs. Les déplacements sont fréquents mais pas monotones, j'ai ri à chaque page, ou presque, et suivi, amusé, les découvertes de leurs univers professionnels. La rencontre du vin et de la bande-dessinée est harmonieuse, chaque produit véhiculant ses caractéristiques, ses exigences, ses racines et ses hommes.
Deux mondes vu par des fous-furieux qui nous font partager leurs quêtes de qualité. Une immersion enivrante difficile à abandonner. A lire en une nuit.

Pour aller plus loin :

Bande son : Red Red Wine

vendredi 23 décembre 2011

Les livres, ma passion, ma perte

Ce texte Les livres, ma passion, ma perte envoyé par un ami libraire me rappelle l'aventure de Bibliosurf ou cette autre, plus personnelle. A quelques exceptions près, j'aurai pu dire "pareil !" à chacune des phrases de cet article de Libération. La faute à qui ? Pas aux lecteurs, non, certainement pas. Aux non-lecteurs alors ? Non plus. 

Au fric et à la concentration de celui-ci dans quelques mains, certainement. Comme pour les disquaires, le bras est engagé, la platine tourne... et la fin de la chanson est connue.
Bien sûr il subsistera toujours des librairies de grandes enseignes qui vendront des bouquins. Mais c'en est fini de la spécialisation ou de la librairie de quartier. L'internet et les internautes sont devenus les médiateurs des ouvrages, les prescripteurs (au même titre que le bouche à oreille, et les émissions qu'elles soient télévisuelles ou radiophoniques). C'est bien connu, Google est ton ami !

Hors l'internet point de salut donc !? Une solution : orienter les lecteurs vers de nouveaux usages captifs ?
Mais comment une librairie exsangue peut-elle investir ce support ?

Bande son : We almost lost Detroit

samedi 29 octobre 2011

Le livre en Poitou-Charentes

30 ans de prix unique en Poitou-Charentes

Une belle réalisation que celle du CLL de Poitou-Charentes : le prix des livres, l'avenir des librairies, les lois en Europe, le label LIR et les points de vente en Poitou-Charentes. Tout est expliqué dans ce petit livret de 20 pages qui fête les 30 ans du prix unique.

Disponible sur simple demande ou à consulter en ligne sur Calaméo.

Bande son : Livin' It Up

samedi 21 mai 2011

30 ans de loi Lang, çà se (devrait se fêter) fête !

Les chiffres viennent de parler. Aux USA, Amazon vend désormais plus de livres électroniques que de livres papier. Signe des temps, fin des ouvrages papiers ?

La presse n'a pas attendu les tablettes tactiles pour décliner. La connivence des journalistes avait peut être déjà contribuée à la baisse des tirages, l'internet aidant.
Dans quel quotidien ou quel journal télévisé avez vous lu ou entendu parler de la révolution espagnole de ces derniers jours ?

Si les livres et la presse traditionnelle déclinent, la lecture n'en demeure pas moins persistante quelqu'en soit les supports . Pour s'en rendre compte il suffit par exemple de flâner dans Niort et ses environs pour comprendre que l'économie du livre reste vivace. Voici donc une petite série d'événements ou de lieux à découvrir :


Bande son : Get Misunderstood

dimanche 13 février 2011

L'ami Fritz électronique

Voilà, je viens de terminer mon premier livre électronique. Il s'agit de l'Ami Fritz que j'avais téléchargé (gratuitement et légalement, svp) sur la Bibliothèque électronique du Québec et que j'ai chargé sur un iPod Touch dernière génération (4G).

Eh bien, je ne suis pas mécontent du résultat !

Certes il n'a pas toujours été facile de tenir ce petit objet (le lecteur électronique, donc), trop fin et pas assez lourd pour le manipuler sans précaution. Parfois stressant !

Un livre est plus facile à prendre en main et ne craint pas la chute, ou si peu. Il est souvent plus épais et plus lourd ce qui l'avantage. Pour une fois que ces caractéristiques traqués par les magazines féminins peuvent être valorisés, je ne m'en prive pas.

Par contre niveau encombrement le livre électronique a été idéal. Avec ses dimensions de guêpe 90 x 60 x 90 cm 111 x 59 x 7 mm et son poids réduit (100 g) il s'est montré plus discret que mon Moleksine. J'avais pourtant 5 livres en poche. De quoi patienter lors des temps d'attentes (programmés ou non).
Dans la salle d'attente de l'ostéopathe, à la table d'un café en attendant une connaissance, mal accompagné... je me suis senti moins seul. Un bon livre est un bon ami (Jacques Henri Bernardin De Saint-Pierre).

Au-delà des aspects physionomiques liés à l'appareil, je n'ai pas eu de difficultés de lecture ; le contraste est modifiable, la taille des caractères et la police peuvent être changées, l'orientation en portrait ou paysage également. Je n'ai pas testé la lecture en plein soleil, c'était un peu difficile en cette saison.
L'écran retina (le nec plus ultra d'Apple) est agréable mais n'égalerait pas le papier électronique.

Le format du livre électronique :
Le livre électronique que j'avais téléchargé était au format ePub, sans DRM, c'est à dire sans verrou électronique m'empêchant de le prêter ou de le diffuser. J'avais eu le choix entre ce format adapté aux liseuses et un format plus classique "pdf" qui ne permet pas toutes les manipulations citées dans le paragraphe précédent.

Les autres fonctionnalités des livres numériques :
Comme dans tout ouvrage, j'ai pu laisser des marques pages là où je le souhaitais. Les emplacements des signets étaient horodatés et me permettaient donc d'évaluer ma progression de lecture (pas très utile dans mon cas je le reconnais).
Lorsque mon appareil s'éteignait seul (en cas d'inactivité ou de batterie faible) la dernière page lue était conservée.
Lire sur l'iPod Touch m'a permis de rester connecté en lisant et donc de faire des recherches sur des cartes et l'internet.
D'autres fonctions comme copier, rechercher, annoter ou surligner sont également disponibles pour chaque mot ou groupes de mots.
Evidemment, les possibilités offertes ici sont entièrement dépendantes de l'application utilisée pour lire les livres électroniques, iBooks dans le cas présent, et du format de fichier utilisé.
Bibliothèque électronique
Orientation portrait
Zoom, modif des caractères...
Retina
Format ePub
Un signet
Des signets
Fonctionnalités

Pour aller plus loin :

Bande son : Attention futur

dimanche 14 novembre 2010

Mes dernières lectures

Très récemment j'ai fait la découverte de deux périodiques et d'un roman qui ont retenu mon attention :

  • Expression, le magazine à l'Ouest. Le dernier numéro est consacré aux librairies indépendantes en Poitou-Charentes et à leurs difficultés à faire face à la lente l'érosion des ventes depuis plus de dix ans. 
    Le dossier aborde évidemment la question du livre numérique, de la vente sur Internet et de ceux qui se bougent pour trouver des solutions et rester dans le coup ; une enquête régionale panoramique à ne pas manquer. Profitez-en le magazine est gratuit et disponible en librairie et en ligne !
     
  • Autre bonne révélation de la semaine : la revue régionale L’Actualité Poitou-Charente de l'Espace Mendès France (le centre de culture scientifique, technique et industrielle en Poitou-Charentes et non pas le centre commercial niortais éponyme !).
    Cet intéressant périodique m'en a rappelé un autre, Les Saisons d'Alsace, également consacré aux problématiques sociales et culturelles régionales... Eh oui, ceux qui me connaissent un peu savent que je n'ai pas encore coupé le cordon avec ma terre de naissance. 
    La première rencontre avec L’Actualité Poitou-Charente s'est faite grâce aux flux RSS du site de l'EMF via un article de Thierry Pasquier que je m'étais empressé de glisser dans mes favoris
    C'est au cours de la conférence sur les réseaux sociaux du 5 novembre1,2 que j'ai à nouveau entendu parler de la revue. Il était question des "qu'est-ce-qui-disent", ces français partis faire fortune dans le nouveau monde. Le document avait été repris et chroniqué par l'Atelier Numérique de BFM.
     
  • Enfin, suivez ce lien pour découvrir une de mes dernières lectures (Nécropolis 1209).
Bande son : Chasing Pirates

vendredi 8 octobre 2010

Dans ma rue... une librairie s'éteint, une autre s'éveille

Dans ma rue mon quartier, il y a des poubelles, des portes, des ordinateurs et désormais il y aura une librairie-café ! Avec les expositions du Pilori et de la Maison de la Vierge, l'offre culturelle (et gastronomique) s'enrichit encore un peu plus par ici !
Voilà une bonne nouvelle surtout lorsque l'on sait que Les Mots Vagabonds, institution niortaise, a baissé son rideau... un peu trop amèrement à mon avis. Les méchants sont pointés : Le CG, la CAN, la librairie des Halles, la Ville de Niort et sa piétonnisation mais pas la crise économique... Ah bon ?

La Rue KétaNiort

Librairie, librairie-café, librairie jeunesse, librairie BD... et quid d'une librairie de livres d'occasion ?, deux librairies d'occasion (voir le commentaire de Vincent)

Est-ce bien nécessaire ? En plus des Boîtes à bouquins de la belle saison,  de la Bourse aux livres sur le haut de la Brèche tous les troisièmes mercredi du mois, la Médiathèque vous donne rendez-vous du 12 au 16 octobre pour les ouvrages sortis des collections qui seront bradés au prix symbolique d'un euro.

Avant de retourner dans la rue le 12 octobre (pour dire non) je profite de ce billet livresque pour saluer au passage une nouvelle librairie (Au bonheur des livres1,2) qui vient d'ouvrir à Strasbourg, rue du Général Castelnau.

Bande son : Couleur café

mardi 27 juillet 2010

Le livre électronique, comme je le pense

Voilà quelques jours que je me traîne avec l'idée de réaliser un (bon) billet sur les livres électroniques (liseuses ET ouvrages numérisés), mais je n'arrive pas à me décider tellement les entrées sont nombreuses et différentes d'un appareil (eReader) à un autre. Même les formats numériques se multiplient : pdf, ePub et maintentant le XMDF proposé par Sharp. C'est la jungle comme le titrait récemment Anouch Seydtaghia dans un article du quotidien suisse Le Temps qui résumait assez bien la problématique pour le consommateur.

Comment un lecteur peut-il s'y retrouver ? Entre les prix très variables (des liseuses, comme des ouvrages), les modes de connexion (avec ou sans Wi-Fi, 3G...), couleur ou monochrome, écran tactile ou pas, avec ou sans haut-parleurs, format de poche ou étendu, souple ou rigide... le choix est difficile. Et quid du poids de l'appareil, de son autonomie, des fonctions sociales (de partage) intégrées ? 

Certain d'entre vous se souviennent peut-être de la polémique soulevée par Amazon qui avait supprimé des livres de Orwell et de JK Rowling.

[...] cet événement a montré à quel point il était simple pour une société de censurer le contenu qu’elle propose mais aussi celui qu’elle a vendu. C’est une nouvelle qui va sûrement faire réfléchir certains acheteurs potentiels du Kindle et les faire pencher pour un reader moins propriétaire et moins contrôlé.

Je me ferai bien un beau tableau comparatif des offres si j'avais le temps et surtout si les fabricants voulaient bien m'envoyer leurs matériels (les commentaires sont ouverts pour déposer vos propositions !).
Pour commencer voici un tableau synthétique réalisé par Hervé Bienvault sur le nombre de livres (eBook) à partir duquel l'achat d'un lecteur électronique pourrait être amorti.
De mon côté, je vous propose de démarrer ma série d'articles sur le sujet par une liste de fonctionnalités qu'il serait possible de retrouver dans un seul et même appareil :
  • capable de lire plusieurs formats, ce qui implique la possibilité de faire évoluer le système de lecture intégré
  • indépendant en terme de DRM (définition), capable de lire tout livre numérique quelqu'en soit l'éditeur ou le distributeur, de le partager, le prêter, le revendre... pour que l'offre catalogue soit la plus exhaustive possible, car tout de même assez limitée pour le moment
  • avec une fonction encyclopédique pour clarifier ou m'aider à comprendre un mot (en temps réel ?!)
  • permettant de contextualiser historiquement (timeline ?) ET/OU géographiquement (carte interactive...) ce que je lis...
  • ... avec photographies, illustrations, extraits sonores, vidéos, réalité augmentée... multi-média quoi ! Par exemple, en pouvant animer une molécule en 3D dans un livre scolaire de chimie
  • donnant accès aux livres qui ne sont plus édités
  • délivrant des statistiques de lecture (les siennes et celle de la 'communauté de lecture', les données de cette dernière étant pour l'instant réservées aux bibliothécaires et autres professionnels du livre)
  • élargissant les informations autour des oeuvres et de leurs auteurs. Voir le très bon exemple de Molière 21 évoqué par LaFeuille.
  • équipé d'un système d'annotation des textes (au mot, à la phrase, à la page, pour l'ouvrage...) partageable avec d'autres utilisateurs (un peu comme dans WeRead, Babelio, Librarything...)
Viendra le temps où lire ne sera plus forcément un moment d'isolement.
Je crois qu'un nouvel art sera est à la croisée de l'ouvrage imprimé et du multimédia, en somme la convergence de l'internet, de la mobilité et de l'imprimé (sans pour autant que l'un ne cannibalise l'autre). L'émergence d'auteurs et d'oeuvres de genres nouveaux (Vooks et autres) est en marche !

Article réalisé en utilisant les bonnes feuilles d'Hubert Guillaud, d'eBouquin, Aldus, Arnaud R., Actualitté, entre autres.
Bande son : Fantomaniac

samedi 10 juillet 2010

Littérature à l'usage des gens pressés

Pas le temps de lire (même en vacances !) ? Voici quelques solutions pour vous aider et briller dans les dîners en ville sans vous fatiguer :

  • Voltaire, Flaubert et Shakespeare en quelques "gazouillis"
    Alexander Aciman et Emmett Rensin, deux étudiants américains de Chicago, ont résumé des chefs d'œuvre et des best-sellers de la littérature mondiale en "tweets", soit pas plus de 140 signes.
    "Twittérature", l'ouvrage qui en découle, est sorti en France ce printemps.

  • 90 livres cultes à l'usage des personnes pressées (mon préféré, je pense).
    Les classiques de la littérature en BD minimaliste (4 vignettes par roman) par le sudéois Henrik Lange.

  • Les livres audio, à écouter avec son balladodiffuseur ou l'autoradio pour les longs trajets.

  • et enfin : Brains Shots.
    Un nouveau concept où chaque ouvrage est écrit de façon à offrir un condensé de 10 000 mots, lisible en 3/5 heures et reprenant les idées et les points clés du livre original (source : e-Bouquin). Livres (audio ou numérique) en anglais pour le moment.
En lieu et place de ces solutions facilitatrices il me semble que rien ne vaut le plaisir de partir à la découverte d'un auteur et de s'immerger dans son univers.
Mon dernier coup coeur ? Point de rencontre à l'infini de Klaus Mann.
90 livres cultes     Point de rencontre à l'infini
Bande son : Shooting star

samedi 3 juillet 2010

C'est la rentrée littéraire (qui se prépare) !

701 romans français sont attendus pour l'automne ! J'en lirai bien quelques uns, mais avant je commencerai surement par un essai de Joël Faucilhon : Rêveurs, marchands et pirates. Que reste-t-il du rêve de l’Internet ? sorti le mois dernier.

En des termes très clairs, destinés au profane autant qu’à l’internaute chevroné, ce petit livre décrit une histoire de l’Internet partant des rêves de partage des connaissances et aboutissant à une marchandisation phénoménale, notamment à travers l’« entonnoir » à contenus de Google et les tours de passe-passe du « gratuit » et du Web 2.0. Poètes ou pirates, nous rassure cependant l’auteur, les rêveurs sont toujours là. 

L'auteur a accepté de confier au blog du Monde Diplomatique le chapitre consacré au plus grand entrepôt culurel en ligne (que je me refuse toujours à citer).

Bande son : Rope and Summit

lundi 26 avril 2010

Donner envie

Le plaisir de la lecture... Pas facile à transmettre à ses enfants hypnotisés (comme leurs parents) par la magie des écrans ; télévision, ordinateur, console de jeux, téléphone portable, GPS, baladeur vidéo-mp3, e-book... Il est temps de passer au slow media, de déconnecter, de prendre le temps pour contempler, imaginer, s'évader sans bouger. Stop à l'ivresse de la vitesse !

Actuallité propose quelques conseils pour permettre aux enfants de retrouver le plaisir de lire. C'est basique, voire simpliste, mais surtout plein de bon sens et apparemment efficace. 
Autre solution très personnelle : déambuler par ici le 12 juin pour le plaisir de se laisser emporter par une musique, un dessin, un parfum, une couleur, un trait.
J'aime ! (pas Facebook).

Bande son : A l'envers, à l'endroit

mardi 6 avril 2010

Salon du livre 2010, comment garder le sourire ?

Dans un précédent billet je vous informais de la prochaine parution de photos sur le Salon du Livre de Paris 2010. Elles sont maintenant disponibles via un lien dans l'article déposé par ma compagne sur son (ex)blog.

L'entrée au Salon, boudé par quelques éditeurs (et pas des moindres), a été revue par le collectif Livres de papier avec quelques affiches (autres sources : 1, 2) un brin conservatrices et un tantinet impertinentes... histoire de rendre la fête un peu moins terne : la fréquentation du salon a baissé de 8% par rapport à 2009.



Le MOTif, que j'avais déjà évoqué à l'occasion de prêt de lecteurs électroniques en bibliothèque, s'est pris au sérieux en proposant quelques badges aux visiteurs :Je cherche un éditeur, mais je ne couche pas et un autre Je ne cherche pas d'éditeur, mais je couche. Je vous laisse deviner lequel à ma préférence....

editeur_couche_motif_mars2010
Bande son : Tu veux ou tu veux pas ?

lundi 22 mars 2010

C'est le Printemps !

Le Printemps n'est pas passé inaperçu ces derniers jours, températures en hausses, terrasses bondées et une profusion de manifestations en veux-tu, en voilà : 

En tant que niortais, j'essaierai de participer aux puces informatiques (comme l'an passé) et à la réflexion sur "les rites de passage et les nouvelles technologies" pour tenter de comprendre les (nouveaux) rapports enfants-TIC-parents (à ce sujet voir également l'article de la NR du 18 mars 2010).

Bande son : You can never hold back spring

mercredi 10 février 2010

L'avenir du livre électronique...

... passe par l'iPad. J'en suis de plus en plus convaincu. J'explique pourquoi dans cet article. Ce qu'il manquait aux lecteurs électroniques a été apporté par l'iPad : du son, des images en couleur et un écran tactile. Idéal pour lire des magazines, des journaux, des BD ou les vooks.

Bande son : Jeune et pourrie

- page 1 de 3