Mon Directeur établi souvent un parallèle entre la médiation culturelle et la médiation numérique car au fond, ce ne sont que deux facettes d'un même métier. Pourquoi ?

Le médiateur culturel met en contact des individus avec des supports physiques contenant des informations (écrites, audio et vidéo). Le médiateur numérique réalise le même travail (tout comme un journaliste d'ailleurs) en éditorialisant des informations stockées électroniquement un peu partout dans le monde. Il rapproche ses publics, en découverte des usages du numérique des informations électroniques susceptibles de les intéresser.
Effectuer une recherche sur tel moteur de recherche ou tel autre, en mesurer la pertinence des résultats relève des mêmes principes que le recherche bibliographique : quelle(s) source(s) interroger ? Comment évaluer les résultats obtenus ? Comment les (ré)utiliser ? 

Avantage cependant au numérique puisque :
  • pas de limite physique en terme d'espace ou de temps (web 1) : la source d'information n'a pas de contrainte d'horaire d'ouverture. Elle reste accessible 24h/24 7j/7 et ce où qu'elle soit située dans le monde.
  • l'internet permet le retour, le feedback des internautes (web 2) aidant à affiner les résultats, faciliter les nouvelles recherches d'autres internautes par leurs commentaires ou ré-éditorialisation.
Le numérique a également les inconvénients de ses avantages, un foisonnement d'information dans laquelle il est facile de se perdre en passant d'une idée à une autre sans prendre le temps de (bien) la digérer.