Deux voitures, c'est deux de trop. Comme par enchantement, elles sont tombées en panne au même moment, ce week-end.
Pour l'une, la strasbourgeoise dirons-nous, Daniel est intervenu à l'aide de câbles et de son diesel, sans succès. Nous avons ensuite invité les voisins à pousser le véhicule, qui a toussé mais sans plus. Pour finir, j'ai appelé le dépanneur qui a lancé le moteur en moins de temps qu'il ne faut pour l'écrire. J'ai donc dû acheter une nouvelle batterie qui a servie, peu de temps après, à dépanner une Rover de vacanciers sur le chemin du retour. Bilan : un bel après-midi ensoleillé dans le cambouis.
L'autre voiture ? Toujours en rade ! Ce n'est pas très grave puisque ce n'est pas la mienne, la vendéenne appartient à mon cousin !