J'ai appris l'histoire du "Paysan du Tao", par cœur, en une seule fois, il y a dix ans environ, peu de temps après la dissolution de l'Assemblée Nationale. C'était un matin, avant de prendre mon travail. Il était 8h30 et j'écoutais la revue de presse matinale de France Inter. L'histoire du fermier taoïste m'avait interpellé dès les premières phrases, elle s'adressait à Jacques Chirac. Je l'ai écouté attentivement pour m'en souvenir et la restituer oralement (ce que j'ai pu faire à plusieurs reprises me permettant de bien conserver le texte en mémoire).

Je n'ai donc pas eu de difficulté à la retrouver sur l'internet, il y a deux jours, pour la partager aussi par écrit.

Ce court récit nous enseigne que quoi qu'il nous arrive nous ne pouvons savoir si l'événement est de nature positive ou négative. Les apparences sont trompeuses et la mécanique des événements complexe. Cela nous enseigne surtout que rien n'est tout blanc ou tout noir.

L'intégralité du texte (5 minutes de lecture) est disponible sur le blog de M. Applefish.
Si vous êtes courageux et/ou si vous apprenez le Mandarin, je vous conseille cette page internet qui s'appuie sur le Paysan du Tao pour comprendre quelques idéogrammes. C'est très didactique et légèrement différent de la version de M. Applefish.