Perspectives Niortaises

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

samedi 28 avril 2012

Twitter avant l'internet

A quoi pouvait bien ressembler twitter avant l'internet... Cette réponse m'est venue instantanément en découvrant cette boîte de Claudio, crieur de Niort et du Marais devant la Librairie des Halles, face au marché. 

La boite aux lettres de Claudio       La boite aux lettres de Claudio (détail)

A vous d'y déposer votre message avant 15 heures le vendredi pour qu'il soit lu crié le samedi à partir de midi moins le quart, sur la place des... Halles.
Et contrairement au service de microblogging les messages ne sont pas limités à 140 caractères.
Attention tout de même, la boîte n'est pas accessible en dehors des heures d'ouverture de la librairie, partenaire.

A vos plumes...  Ou à tout de suite !

Bande son : The letter

mercredi 25 avril 2012

Election Présidentielle de 2012 : entre résistance et déception

Dimanche 22 avril, en bon citoyen (qui continue à se plaindre de la non prise en compte du vote blanc dans les résultats), je suis allé voter pour l'un(e) des 10 candidats à la Présidence de la République. J'ai participé le soir même au dépouillement des bulletins de vote comme je l'avais fait par le passé dans d'autres lieux. J'aime ces instants de fébrilité où chacun cherche son candidat et tremble à chaque ouverture d'enveloppe ; contrôle, double contrôle, enveloppe de centaines, PV de résultats... La tension est nettement palpable dans ces moments là.

Ajoutez-y quelques photographes, des journalistes, des élus, de (très) rares membres de la préfecture, des représentants des partis et de simples citoyens et vous obtenez une ambiance très particulière de début de soirée. 

Le 6 mai sera encore meilleur puisqu'il entérinera définitivement un des deux duellistes à la plus haute fonction de l'Etat. Et il sera à nouveau intéressant de suivre le mot clé (ou hashtag) #radiolondres sur Twitter. Ce dimanche, les utilisateurs de ce service (twittos, twittonautes) ont eu droit à un festival de codes, de poésie pour contourner la loi interdisant la publication de résultats avant 20 heures. Dès 16h-16h30 les médias hors hexagone publiaient les premiers résultats vite détournés par les internautes.

 

Un (tout petit) aperçu de ce foisonnement sur le site de la Tribune ou directement sur Twitter (en temps réel et avec l'historique) avec le hashtag #radiolondres.

 

Enfin dernier enseignement de ce 22 avril, les sondeurs ont sous-estimé le score du Front National, c'était déjà le cas en 2002. La plupart des observateurs et autres commentateurs politiques ont fait remarquer que ce sont ceux qui souffrent qui ont voté l'extrême droite. Je ne le pense pas. 
Il y a deux données qui me paraissent trop souvent oubliées : 

  • les votants de Marine Le Pen n'affichent pas toujours publiquement leurs choix et notamment lorsqu'ils sont interrogés par les sondeurs. Par honte, par peur d'être mal jugés, par identification aux partis néo-nazis... les raisons sont multiples.
  • ce sont aussi des personnes qui ont peur de perdre leurs acquis, leurs modes de vie, leurs valeurs au contact des étrangers. Ainsi dans les villages alsaciens prospères Marine Le Pen arrive très souvent en deuxième position juste après Nicolas Sarkozy. Et les candidats de la gauche sont très loin derrière, y compris François Hollande. Un exemple, le canton de Ribauvillé, LE territoire du vignoble. Pas convaincu ? Allez hop, à La Petite Pierre. N'hésitez pas à en cherchez d'autres !

dimanche 22 janvier 2012

Les ignorants

A l'image du Photographe, bande-dessinée devenue culte, Les Ignorants d'Etienne Davodeau entremêle la vie de l'auteur-dessinateur avec celle de son voisin et ami, Richard Leroy, vigneron dans le Layon. Un album de 200 pages en noir et blanc, crayonnées, où les deux protagonistes échangent leurs connaissances, savoir-faire et passions professionnelles pendant une année. Le lecteur est accompagné dans toutes les étapes de leurs initiations et devient donc initié lui aussi, sans doute avec le même plaisir que l'auteur et le vigneron. 

De la préparation des vignes aux salons littéraires et des croquis aux mises en bouteille, les deux artisans nous entraînent dans leurs quotidiens respectifs. Les déplacements sont fréquents mais pas monotones, j'ai ri à chaque page, ou presque, et suivi, amusé, les découvertes de leurs univers professionnels. La rencontre du vin et de la bande-dessinée est harmonieuse, chaque produit véhiculant ses caractéristiques, ses exigences, ses racines et ses hommes.
Deux mondes vu par des fous-furieux qui nous font partager leurs quêtes de qualité. Une immersion enivrante difficile à abandonner. A lire en une nuit.

Pour aller plus loin :

Bande son : Red Red Wine

dimanche 8 janvier 2012

Kouglof ou Kouign-amann ?

En ces temps de dégustation de galettes, des lobbies particuliers mènent une lutte fratricide pour imposer leur gâteau au reste du monde. Actuellement ce sont les bretons et les alsaciens qui tiennent la corde.

Non, ce ne sont pas les corporations régionales de pâtissiers qui se battent pour vanter les mérites du Kouign-Amann ou du Kouglof. Ce sont des gens comme vous et moi, peut-être un peu geek (mais pas que) qui souhaitent imposer le nom de leur pâtisserie préférée à la prochaine version du système d'exploitation mobile open-source : Androïd.

Chaque nouvelle mouture porte, en effet, un nom (en anglais le plus souvent) de dessert : Donut, Eclair, Froyo, Gingerbread... pour en citer quelques uns. Le dernier en date ? Ice Cream Sandwich. Le prochain ? Jelly Bean.
Le suivant ? Si vous avez bien suivi, il commencera par la lettre "k" puisque les noms de codes se succèdent selon une logique alphabétique.
Ils sont comme çà les programmeurs, de grands enfants.

Et donc bretons et alsaciens sont sur les rangs sur Facebook, Google+ et consorts.

Bande son : iRobot

samedi 24 décembre 2011

Hans im Niort

Un Hans im Schnockeloch deux-sévrien ! Et petit clin d'oeil à ceux qui se reconnaitront ;P


Connaissez-vous Jean de Niort ? par la Ville de Niort sur Vimeo.

Bande son : Long way home

vendredi 23 décembre 2011

Les livres, ma passion, ma perte

Ce texte Les livres, ma passion, ma perte envoyé par un ami libraire me rappelle l'aventure de Bibliosurf ou cette autre, plus personnelle. A quelques exceptions près, j'aurai pu dire "pareil !" à chacune des phrases de cet article de Libération. La faute à qui ? Pas aux lecteurs, non, certainement pas. Aux non-lecteurs alors ? Non plus. 

Au fric et à la concentration de celui-ci dans quelques mains, certainement. Comme pour les disquaires, le bras est engagé, la platine tourne... et la fin de la chanson est connue.
Bien sûr il subsistera toujours des librairies de grandes enseignes qui vendront des bouquins. Mais c'en est fini de la spécialisation ou de la librairie de quartier. L'internet et les internautes sont devenus les médiateurs des ouvrages, les prescripteurs (au même titre que le bouche à oreille, et les émissions qu'elles soient télévisuelles ou radiophoniques). C'est bien connu, Google est ton ami !

Hors l'internet point de salut donc !? Une solution : orienter les lecteurs vers de nouveaux usages captifs ?
Mais comment une librairie exsangue peut-elle investir ce support ?

Bande son : We almost lost Detroit

vendredi 25 novembre 2011

Accompagnement stellaire

Hier soir, vers 23h, peu après la conférence "Ados, parents : vers une connexion possible ?" proposée par la Ville de Niort et la Mutualité Française, je suis rentré à vélo sous les feux d'Orion. Je ne m'attendais pas à retrouver cette constellation. Elle aurait dû être dissimulée par le halo lumineux des lampadaires de la ville qui efface le ciel.

Le chasseur de la mythologie grecque m'a accompagné tout le long du trajet alors que j'écoute en boucle depuis plusieurs jours "See these bones" dont voici la pochette de l'album. 

Une belle rencontre. Je le lui ai dit.

Bande son : See these bones

dimanche 20 novembre 2011

Google n'est plus mon ami et encore moins mon dieu

J'en ai assez de dépendre d'une seule et même firme pour tout ce que je fais sur l'internet. Google est en train de devenir LE web. Tout passe par Google et quelques sociétés (Facebook, Twitter...), il y a de moins en moins de place pour les solutions alternatives.

Aujourd'hui ma messagerie est Google, mes agendas sont Google, mes cartes sont Google, ma recherche d'information est Google, mon réseau social est Google, mon espace collaboratif est Google, ma veille d'info est Google, mes photos sont (Google-)Picasa, et bientôt ma musique sera aussi Google...  Fichtre !

Et je me suis limité : mes vidéos, mon navigateur, mon blog, mon système d'exploitation auraient aussi pu être Google. Il ne me manquerait plus qu'un téléphone portable sous Androïd.
De quoi donner le vertige et renforcer le sentiment de surveillance permanent.

Je suis devenu complètement dépendant de ce qui était à l'origine un simple moteur de recherche...
Pourquoi ? Parce que les services de Google sont extrêmement bien faits, complémentaires sans en avoir l'air, libres, gratuits, respectueux des standards ouverts et surtout évolutifs. Google améliore sans cesse les produits mis à disposition des internautes. Derniers exemples en date ?

C'est un collègue (Alain) qui m'a fait prendre conscience de l'omnipotence de la société de Mountain View. Lors d'une sensibilisation à la messagerie électronique, ses stagiaires ont créé des comptes gmail qui ont pu rapatrier automatiquement tous ses contacts téléphoniques sans son accord (lors de la demande de confirmation d'activation par SMS) !

La popularisation du stockage et de la sauvegarde des données sur des serveurs dédiés/sécurisés aggravent encore un peu plus la perte de maîtrise de nos informations personnelles. Suis-je encore propriétaire des données envoyées dans le cloud ?

Il existe des solutions pour s'affranchir de la suprématie Google, mais elles demandent des efforts,. Elle sont souvent moins performantes, moins faciles à utiliser, moins compatibles entre elles, avec des fonctionnalités réduites.
Je pense  à Openstreetmap, Diaspora, Framapad pour les gratuites... iCloud, Office365 pour les payantes les plus connues.

Google excelle là où sont les besoins :

  • le partage des informations entre internautes,
  • le partage des informations entre applications,
  • le paramétrage public/privé de ces partages,
  • la réactivité et l'évolution des services (ajouts de fonctionnalités, nouvelles compatibilités...)
  • sans oublier les énormes capacités de stockage.

La liberté virtuelle a un prix qu'il faut être prêt à payer.

Bande son : Jailhouse rock

vendredi 11 novembre 2011

11 novembre 2011

Ajourd'hui 11.11.11, c'est la commémoration de la fin de la Grande Guerre. Le Président de la République propose d'élargir la cérémonie "à la mémoire de tous les soldats morts pour la France".

En période de sauvetage de la zone euro, la transformation du 11 Novembre est un geste [politique] envers les Allemands, qui n'ont jamais accepté cette date, symbole d'une défaite qui, pour eux, est un peu le point de départ du désastre nazi.
Source : Le Monde

Aliieurs, le 11 novembre, plus à l'Est, c'est aussi :

  • le début des grands carnavals rhénans à 11h11 qui finiront le 22.02.12,
  • la commémoration de la création de la République de Mayence, première démocratie sur le sol allemand. Le 11 symbolisant la devise de la France républicaine : ELF (onze en allemand) donnant les initiales de Égalité, Liberté, Fraternité,
  • et surtout la fête de la Saint-Martin (celui qui a partagé une partie de son manteau avec un déshérité transi de froid et dont la cape est à l'origine du mot chapelle)

    Le défilé de la Saint-Martin est un événement majeur où les qualités de bricoleurs des enfants pourront se manifester dans la confection de lanternes et lampions de toutes les formes et couleurs en chantant “Laterne, Laterne, Sonne, Mond und Sterne. Brenne auf, mein Licht, brenne auf, mein Licht, aber nur meine liebe Laterne nicht!”
    Et en France ?
    Malgré son histoire liée aux villes de Poitiers et de Tours, Saint-Martin n’est pas fêté, excepté en Alsace [...]
    Source : La connexion française

Enfin pour d'autres c'est un jour très particulier (fertilité, fin du monde, symboles...) : tour d'horizon

Bande son : Laterne, Laterne

samedi 29 octobre 2011

Le livre en Poitou-Charentes

30 ans de prix unique en Poitou-Charentes

Une belle réalisation que celle du CLL de Poitou-Charentes : le prix des livres, l'avenir des librairies, les lois en Europe, le label LIR et les points de vente en Poitou-Charentes. Tout est expliqué dans ce petit livret de 20 pages qui fête les 30 ans du prix unique.

Disponible sur simple demande ou à consulter en ligne sur Calaméo.

Bande son : Livin' It Up

mardi 11 octobre 2011

TIC en 79 et tout autour n°10

Actualité chargée en Deux-Sèvres ces derniers jours, beaucoup d'événements. En voici une liste non-exhaustive très égo-pro-centrée :

  • Le site internet, le wiki devrais-je dire, de la médiation numérique en Deux-Sèvres se densifie (articles et contributeurs).
    Solidrnet.fr attire de plus en plus de visiteurs... Comment ? Vous ne connaissez pas encore ? C'est le bon moment pour découvrir les actions des médiateurs et des partenaires du réseau des espaces publics multimédia.
    Garanti 100% sans DRM, sans virus et en copyleft. Profitez-en ! Il y en aura pour tout le monde.
  • Claude Picot, formateur, propose sur Clapico, un article consacré à l'installation de la distribution Solid'R net v3, le système d'exploitation basé sur Ubuntu qui équipe les ordinateurs de l'opération 5000 micros du Conseil Général des Deux-Sèvres.
    Un pas à pas bienvenu.
  • A Thouars, depuis début octobre, Delphine anime un atelier informatique pour les aînés au Centre Socioculturel du Pôle Anne Desrays. L'article de la Nouvelle République du 7 octobre 2011.
  • Deux nouveaux accès à l'internet à la bibliothèque de La Crèche, billet des bibliothécaires du 28 septembre 2011.
  • Et enfin pour terminer avec les actualités liées à mon employeur, le petit dernier né, http://www.mobilite79.fr, la centrale de mobilité pour aide à se déplacer facilement dans le département. Sur ce jeune site (septembre 2011), on regrettera l'absence des outils des réseaux sociaux pour faciliter le partage des informations.
Bande son : It's a long way to the top

mardi 27 septembre 2011

Equinoxe

Photo du 23 septembre 2011, 8h du matin. Le soleil levant caresse la Vierge à l'enfant pendant que la rue reste dans la pénombre à l'exception de Saint-André.
Et c'est comme çà aussi le jour Printemps à la même heure. Un bon repère temporel.

Bande son : Island in the sun

dimanche 18 septembre 2011

Connexion internet dans les rames du TGV-Est

Au cours de l'été arrosé qui s'achève -et qui a asséché ce blog-,  j'ai eu l'occasion de faire un aller-retour express à Strasbourg en TGV. Soit quelques heures de repos et de plaisirs : Libé, Le Monde, Traité du zen et de l'entretien des motocyclettes de Robert M. Pirsig, Neil Young (Harvest) et surtout la 1664 Instant pression pour étancher ma soif de texte. Les amateurs de Jamais sans la mousse me comprendront...

Sur le chemin du retour, c'est après avoir épuisé toutes mes lectures embarquées que j'ai pris conscience de la possibilité de me connecter à l'internet avec mon baladeur WiFi. Je n'ai pas été déçu du voyage !

Tout d'abord il faut savoir que ce service n'est proposé que dans les rames du TGV-Est entre Strasbourg et Paris, soit la moitié de mon parcours. Techniquement, les passagers se connectent au WiFi proposé dans les voitures, elles-même reliées à une antenne parabolique par ethernet. Les obstacles à la connexion par satellite (reliefs, gares, tunnels...) sont compensés par des hotspots WiFi. Le service est proposé avec un débit montant et descendant de 30 Megabit/s. Mieux que l’ADSL à la maison.

Il semblerait cependant que certains tronçons de la ligne ne soient pas couverts par le service notamment dans le massif vosgien comme j'ai pu l'expérimenter à quelques reprises :

Zone non couverte Connexion défaillante TGV-Est Autre zone non couverte

Au tarif de 4,99 € l'heure de connexion ou 9,99 € le trajet (durée d'un Strasbourg-Paris : 2h20) cela peut être ennuyeux. Heureusement quelques services accessoires sont gratuits et viennent compenser ces petits désagréments : la vitesse instantanée, la composition du train, les correspondances du parcours, la géolocalisation et les alertes trafics. En images :

Vitesse du train et services à bord Se repérer dans le TGV La panoplie des services
Vitesse du train et services à bord Se repérer dans le convoi La panoplie des services
J'ai donc pu relever mon courrier électronique, publier sur les réseaux sociaux et suivre la progression de mon trajet sans réelle difficulté, même si j'ai eu parfois un peu de mal à comprendre que certains des usages relevaient de la connexion à l'internet et d'autre des serveurs à bord (et donc de distinguer ce qui était gratuit de ce qui ne l'était pas).

Bande son : Out on the Weekend

samedi 4 juin 2011

De la douceur... bordel !

Niort, 29°C aujourd'hui. Ce n'est pas encore l'été. La France connaît en cette année 2011 son printemps le plus chaud depuis le début du XXè siècle et le plus sec des cinquante dernières années devant ceux de 1976 et 1997, a annoncé Météo France mardi 31 mai 2011 dans un bilan provisoire.

Je plains les agriculteurs, les conventionnels tout du moins. Pas facile de faire un des plus vieux et des plus nobles métiers du monde par les temps qui courrent. Entre les légumes tueurs qui effraient les populations, la sécheresse qui n'en finit pas, privant les élevages de foins, de blé, les productions qui ne permettent plus aux paysans de vivre du fruit de leur travail, que reste-t-il ?

Où sont les solutions ? Celles promises par Monsanto pour disposer de plantes résistantes ? Celles du gouvernement pour mobiliser l'armée pour le transport de paille ?

Et s'il fallait chercher ailleurs ? Il faut en finir avec la soumission de la terre comme le propose la Genèse. Elle nous conduit droit à la ruine et au désastre. Il est peut être encore temps de se rendre compte que l'Homme ne domine pas la nature, au mieux il compose avec. Haïti, Fukushima, La Faute-sur-Mer, les tornades aux Etats-Unis, la sécheresse maintenant. Surmédiatisation ou accélération biblique du rythme des catastrophes ?

Pourquoi cela s'arrêterait-il demain ? Nous savons tous que nous ne pouvons plus continuer à vivre à ce rythme là, rouler à tombeau ouvert. Cà et là des voix s'élèvent pour changer de braquet et revisiter nos modes de production ou de consommation :

  • Boulanger autrement ! Nicolas Supiot est un paysan boulanger qui cultive son blé et fait cuire son pain lentement, sans le stresser. 
  • et surtout ce film de Coline Serreau qui consacre une part importante de son documentaire, Solutions locales pour un désordre global, au sol nourricier. Je ne résiste pas au plaisir de citer quelques passages : 

Les sols sont morts, ils ont été déshabillés littéralement. Les sols ne sont plus nourris ce sont les plantes qui sont nourries aujourd'hui. Le fumier n'est plus restitué au sol. On a divisé, cloisonné et délocalisé les productions : la paille et les céréales en Beauce, l'élevage en Bretagne. (Philippe Desbrosses, agriculteur, docteur es Sciences de l'Environnement)

Autrefois il y avait un équilibre agro-sylvo-pastoral. La Terre çà se respecte, pas besoin de la labourer pour augmenter les rendements. (Claude Bourguignon, ingénieur agronome).
Les sols qui ne sont pas labourés permettent de mieux retenir l'eau (comme en forêt) et sont donc préservés de la sécheresse. (Loubenetsi Vasiliy Petrovitch, agriclutleur, directeur d'Agroecologhia).
Une solution parmi d'autres au manque d'eau ?

samedi 21 mai 2011

30 ans de loi Lang, çà se (devrait se fêter) fête !

Les chiffres viennent de parler. Aux USA, Amazon vend désormais plus de livres électroniques que de livres papier. Signe des temps, fin des ouvrages papiers ?

La presse n'a pas attendu les tablettes tactiles pour décliner. La connivence des journalistes avait peut être déjà contribuée à la baisse des tirages, l'internet aidant.
Dans quel quotidien ou quel journal télévisé avez vous lu ou entendu parler de la révolution espagnole de ces derniers jours ?

Si les livres et la presse traditionnelle déclinent, la lecture n'en demeure pas moins persistante quelqu'en soit les supports . Pour s'en rendre compte il suffit par exemple de flâner dans Niort et ses environs pour comprendre que l'économie du livre reste vivace. Voici donc une petite série d'événements ou de lieux à découvrir :


Bande son : Get Misunderstood

dimanche 8 mai 2011

Accélération matérielle et vitesse... 3, 2, 1 hyper vitesse ! TIC en 79 et tout autour n°9

Pfff... accélération matérielle et temps de plus en plus contraint, pour moi en tous cas. Je reprends le flambeau pour relater quelques événements autour des Technologies de l'Information et de la Communication de notre département de la fin mars à aujourd'hui :

Le 27 mars 2011 était riche en événements,


Depuis des espaces Solid'Rnet et des collègues ont fait l'actualité :

Bande son : See these bones

mercredi 23 mars 2011

TIC en 79 et tout autour n°8

Dernières nouvelles des TIC et du réseau des espaces publics multimédia en Deux-Sèvres : Solid'Rnet

Bande son : Riverside

samedi 12 mars 2011

Overdose de bons sentiments écolos

Ecoblanchiment, greenwashing, écoterrorisme, objecteur de croissance... voici les termes nouveaux employés par les rebelles écologiques. Des révoltés qui n'adhèrent pas complètement au développement durable et qui tentent conserver leur esprit critique malgré le matraquage médiatique planétaire.
Ce sont des mécréants qui refusent de satisfaire aux injonctions culpabilisantes de la toute puissante religion Verte, celle-là même qui nous incite à fréquenter ses lieux de culte que sont les magasins bio et à suivre les messes cathodiques du "polluer c'est mal". Halte à la désinformation !

Voici donc quelques lectures qui permettront de séparer le bon grain de l'ivraie.

  • L'avenir est notre poubelle : essai sur la décroissance avec humour et philosophie en partant des objets de tous les jours.
  • Ecoblanchiment, comment les 4x4 sauvent la planète : essai de mars 2010 sur la technique marketing du greenwashing, l'art d'être plus vert que vert ou comment s'acheter une image écolo avec des messages mensongers.
  • Le Parfum d'Adam de Jean-Christophe Rufin : roman sur un sujet peu connu en France ; l'écoterrorisme. Rien à voir avec les faucheurs d'OGM ou les actions coup de poing de Greenpeace. En 2007, cette éco-menace était considérée par le FBI comme la deuxième la plus crédible, juste après le fondamentalisme islamiste.
  • Le meilleur pour finir : Ecologie en bas de chez moi, ouvrage sorti en février 2011, d'un auteur à priori irresponsable qui dénonce les discours moralisateurs de la société (marchands, politiques...) au quotidien. A la fois un essai, un récit, une autofiction et un roman pour rire, se documenter et prendre du recul. Un régal.
    Interview de Iegor Gran dans l'Humeur Vagabonde du 8 mars 2011 [et dans le Masque et la Plume du 13]
Bande son : La maison près de la fontaine

dimanche 13 février 2011

L'ami Fritz électronique

Voilà, je viens de terminer mon premier livre électronique. Il s'agit de l'Ami Fritz que j'avais téléchargé (gratuitement et légalement, svp) sur la Bibliothèque électronique du Québec et que j'ai chargé sur un iPod Touch dernière génération (4G).

Eh bien, je ne suis pas mécontent du résultat !

Certes il n'a pas toujours été facile de tenir ce petit objet (le lecteur électronique, donc), trop fin et pas assez lourd pour le manipuler sans précaution. Parfois stressant !

Un livre est plus facile à prendre en main et ne craint pas la chute, ou si peu. Il est souvent plus épais et plus lourd ce qui l'avantage. Pour une fois que ces caractéristiques traqués par les magazines féminins peuvent être valorisés, je ne m'en prive pas.

Par contre niveau encombrement le livre électronique a été idéal. Avec ses dimensions de guêpe 90 x 60 x 90 cm 111 x 59 x 7 mm et son poids réduit (100 g) il s'est montré plus discret que mon Moleksine. J'avais pourtant 5 livres en poche. De quoi patienter lors des temps d'attentes (programmés ou non).
Dans la salle d'attente de l'ostéopathe, à la table d'un café en attendant une connaissance, mal accompagné... je me suis senti moins seul. Un bon livre est un bon ami (Jacques Henri Bernardin De Saint-Pierre).

Au-delà des aspects physionomiques liés à l'appareil, je n'ai pas eu de difficultés de lecture ; le contraste est modifiable, la taille des caractères et la police peuvent être changées, l'orientation en portrait ou paysage également. Je n'ai pas testé la lecture en plein soleil, c'était un peu difficile en cette saison.
L'écran retina (le nec plus ultra d'Apple) est agréable mais n'égalerait pas le papier électronique.

Le format du livre électronique :
Le livre électronique que j'avais téléchargé était au format ePub, sans DRM, c'est à dire sans verrou électronique m'empêchant de le prêter ou de le diffuser. J'avais eu le choix entre ce format adapté aux liseuses et un format plus classique "pdf" qui ne permet pas toutes les manipulations citées dans le paragraphe précédent.

Les autres fonctionnalités des livres numériques :
Comme dans tout ouvrage, j'ai pu laisser des marques pages là où je le souhaitais. Les emplacements des signets étaient horodatés et me permettaient donc d'évaluer ma progression de lecture (pas très utile dans mon cas je le reconnais).
Lorsque mon appareil s'éteignait seul (en cas d'inactivité ou de batterie faible) la dernière page lue était conservée.
Lire sur l'iPod Touch m'a permis de rester connecté en lisant et donc de faire des recherches sur des cartes et l'internet.
D'autres fonctions comme copier, rechercher, annoter ou surligner sont également disponibles pour chaque mot ou groupes de mots.
Evidemment, les possibilités offertes ici sont entièrement dépendantes de l'application utilisée pour lire les livres électroniques, iBooks dans le cas présent, et du format de fichier utilisé.
Bibliothèque électronique
Orientation portrait
Zoom, modif des caractères...
Retina
Format ePub
Un signet
Des signets
Fonctionnalités

Pour aller plus loin :

Bande son : Attention futur

dimanche 30 janvier 2011

TIC en 79 et tout autour n°7

Et hop c'est reparti comme avant (mais en mieux) avec la bonification liée à l'âge ;) La revue de presse des derniers jours :

  • Point d'accès gratuit au numérique et formations au Centre Socioculturel de Champdeniers (avec Pauline inside)
  • Remise de 75 micros à Thouars : article (pas de lien pour le moment) du Courrier de l'Ouest du 2 février 2011
  • Le même événement couvert par La Nouvelle République : "5.000 micros" : maxi coup de pouce (Delphine include)
Et pour votre agenda local :
D'autres événements locaux ou nationaux sont proposés dans l'agenda TIC tenu par mes soins.  Simple consultation, abonnement ou contribution, tout est possible :D

Bande son : Não Vem Que Não Tem (Nem Vem Que Não)

- page 2 de 9 -